Santé et Alimentation, le Programme

Santé et alimentation, un programme ambitieux

Les deux notions santé et alimentation sont inséparables. La “néfaste food“ a envahi notre vie, les dépenses de santé ne cessent d’augmenter (malgré la légère baisse de 2015 due principalement aux déremboursements). Des maladies nouvelles arrivent et notre système de santé (jadis un far éclairant le monde) se paupérise. Inlassablement les ministres de la santé “déremboursent“ et sont dans l’incapacité de gérer les prix prohibitifs des médicaments de lutte contre le cancer et d’autres maladies nouvelles ou orphelines. Les bons vaccins sont retirés du marché pour de nouveaux plus chers et plus dangereux (dixit le Professeur Henri Joyeux).

La santé n’a pas de prix, mais elle a un coût. Et ce dernier deviendra insupportable à horizon 2050, faute de réforme d’ampleur, prévient l’OCDE dans une étude publiée vendredi. «Les dépenses publiques de santé et de prise en charge de la dépendance dans les pays développés représentent aujourd’hui environ 6% du PIB, et devraient atteindre près de 9% en 2030, pour se hisser jusqu’à 14 % d’ici à 2060», note l’OCDE.*

Prendre sa santé en main

Santé et alimentation sont liés. La racine du mal doit être éradiquée et les facteurs de maladie viennent pour une grande part de notre ignorance des effets d’une nourriture injuste. Un cas de cancer sur deux viendrait de notre alimentation selon les docteurs en médecine.

Je ne suis pas médecin, mais selon ces derniers, notre alimentation moderne est trop acide incluant trop de sucre, trop de graisses animales, trop de colorants et conservateurs. La consommation excessive d’alcool, le surpoids et l’obésité, le tabac.

La prévention santé et alimentation doit faire baisser sensiblement les besoins. D’autre part, une optimisation des prix des médicaments devrait faire baisser significativement les coûts de ce budget. En l’absence de données précises nous maintiendrons ce budget sur 2018 et 2019.

Même si l’on doit saluer le passage en dessous des 10 Mds d’euros (9.7Mds), le trou de la sécurité sociale est encore béant. La santé et alimentation est à notre sens la solution à ce problème qui devrait se terminer en 2030.

*(Voir http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/09/29/20002-20150929ARTFIG00008-les-depenses-de-sante-deviendront-intenables-d-ici-2060.php)